Par Pierre-André Cornu, Chevalier De La Route de Neuchâtel (Suisse)

115 moto nationale 7

 Les pèlerins motocyclistes :
• Bernard & Simone sur Gold 1500
• Pierre-André & Irma sur Gold 1800

Eh oui, nous avons l’âge pour ce genre de routes, dites mythiques, nos première bécanes avaient pour nom BSA ou Norton, nos premières voitures des Renault Dauphine ! Donc, la N7 nous l’avons empruntée pendant les 30 glorieuses. D’où cette envie nostalgique de la retrouver.

D’emblée nous nous sommes confrontés à la difficulté de la retrouver dans ce méandre de routes nationales et départementales, il faut être attentif, car de nos jours, elle peut s’appeler N7, D7, ou D207, 307, 707, voire 1007.
Certes nous n’avons pas pris le risque de partir depuis Paris ; C’est depuis les environs de Moulin que nous avons décidé de la retrouver, il faut dire que nous l’avions déjà empruntée de Briare (45) à Nevers.

Voilà donc notre périple, départ du bord du lac de Neuchâtel en direction de Genève par l’autoroute, ensuite toujours par l’autoroute direction Mâcon, via Bourg-en-Bresse (01), magnifique autoroute avec des ponts offrant des vues superbes.

Arrivée à Mâcon (71) pour le repas de midi au Poivre-Vert, resto sympa en zone industrielle.

L’après-midi départ direction Moulin pour rejoindre « notre » N7 et le Relais de la Route Bleue à St-Loup (03) qui a connu ses heures de gloire avec la N7 et nous a tout de suite plongé dans l’ambiance des années 70/80.

L’hôtel a été restauré, tout en gardant son cachet et son âme N7. Très bons points pour cette étape, au niveau accueil, repas, confort et prix.

Bonne adresse
Hôtel** le Relais de la Route Bleue à Saint-Loup (03)
74 RN 7
www.hotel-restaurant-03.fr

Mais, car il y a un mais, au départ de Mâcon nous avons été confronté à des travaux autoroutiers pharaoniques et rejoindre St-Loup n’a pas été de tout repos avec toutes ces déviations à donner le tournis et à faire choper la migraine à nos GPS.

Par contre les petites départementales qui nous ont été imposées mais non programmées étaient superbes et comme nous n’étions pas spécialement pressés nous avons bien pu profiter de ces contrées bucoliques.

Le 2e jour. N7 de St-Loup à Tain-l’Hermitage via Lapalisse (03)

 

Arrêt à Lapalisse
Lieu incontournable, ville emblématique et nostalgique de son passé. Le château de La Palice (XIIe-XVIe) est magnifique. Toujours habité par la même famille depuis 1430, il se visite d'avril à octobre. Et comment ne pas parler du célèbre Monsieur de La Palice qui en fit bâtir la partie Renaissance et de ses célèbres vérités (lapalissades, qui lui furent attribuées à tort). La Cité des Vérités (autre nom de Lapalisse) est un « Village Étape » car dans les environs, nombreux sont les sites touristiques (églises, châteaux, paysages de la montagne.

signature cocoL'embouteillage de la « Nationale 7 » en octobre 2018 a rassemblé plus de 1000 véhicules anciens et de nombreux amoureux de la route mythique qui ont fait revivre le célèbre bouchon de Lapalisse qui se produisait lors des départs en vacances dans les années 60.
Aussi, pour tous les nostalgiques… Ou grands masochistes… Ou comme moi amoureux des « deudeuches » je vous informe que la 8e édition de l'Embouteillage de Lapalisse aura lieu les 9, 10 et 11 octobre 2020.
www.embouteillage-n7-lapalisse.com

 

 Ensuite traversée de Roanne, Tarare et… Lyon avec le coup de cœur de Bernard : aller à la Brasserie Georges, mais là aussi  nos GPS ont galéré, on a pas mal tourné du côté de Perrache, on voyait l’enseigne mais nous n’étions pas du bon côté du périph donc le repas de midi était plutôt à 15h ! Ce fut un super moment dans ce lieu réputé.

Bonne adresse
La Brasserie Georges à Lyon(2e arrondissement)
30 Cours de Verdun Perrache
www.brasseriegeorges.com

 

Et pour sortir de Lyon nous avons fait totalement confiance à nos GPS qui n’ont pas chômé pour retrouver la N7. Nous avons traversé Vienne (38) assez facilement toujours en restant le plus possible sur la N7 même si parfois elle est au-dessous d’une voie rapide !

C’est en longeant le Rhône avec ses beaux paysages et son vignoble que nous arrivons à Tain-L’Hermitage (26) Hôtel les 2 côteaux.
Parfait pour nous, avec un garage fermé pour les bécanes et un repas du soir dans un resto au nom sympa : Tartes & Pinard : très bien !

Bonnes adresses
À Tain-L’Hermitage
• Hôtel*** Les 2 côteaux
18 Rue Joseph Peala
Tél. : 04 75 08 33 01
wwwhotel-les-2-coteaux-26.com
• Restaurant Tartes & Pinard
5 rue du 11 novembre
Tél. : 04 75 09 01 33
www.tarteetpinard.fr

 

3e jour, traversée de Valence

Nous suivons le plus possible les indications D7 plutôt que N7 qui peut être une voie rapide, le Rhône accompagne toujours notre périple. Nous traversons des villages qui nous rappellent les fameuses épopées des congés payés, mais comment faisaient-ils pour se croiser dans ces rues étroites ?

Nous traversons Montélimar (26) et continuons jusqu’à Piolenc (84) où se trouve le musée de la N7. Très sympa et accueillant ce musée, ne pas s’y arrêter serait un péché ! On peut presque dire que c’est un point fort de notre « pèlerinage ».

Un autre point fort ce sont les kilomètres que nous avons parcouru entre les 2 rangées de platanes qui jalonnent la N7.
C’est à l’Hôtel Kyriad en plein centre d’Avignon que nous allons passer la nuit, mais pour y arriver, bonjour les bouchons et déviations, toute une partie extérieure de l’enceinte est en travaux et il fait 30° ; il nous faut pas moins d’une heure pour arriver à l’hôtel, (d’accord si nous avions eu des scooters au lieu des Gold chargées on aurait mieux pu se faufiler entre les voitures, mais voilà…) Rien à redire concernant l’hôtel et on a trouvé un p’tit bouchon sympa pour le repas.

a voir À voir
Musée mémoire de la Nationale 7 à Piolenc
3405, avenue de Provence
Tél. 04 90 40 32 70 (horaires selon saison)
www.memoirenationale7.fr

 

4e jour. Visite d’Avignon et départ pour Les Baux de Provence…

Oui je sais ce n’est pas sur la N7 mais le détour en vaut la peine et on reprendra la D7 là où on l’aura quittée, dans la région d’Orgon.

Les Baux de Provence

Comment ne pas s'arrêter au village des Baux de Provence situé sur un plateau rocheux qui domine des paysages exceptionnels sur Arles, la Camargue aux panoramas sublimes ! Vaste décor de pierre et de roche, avec La Citadelle des Baux à l'extrémité du village. Quant au site il s'étend sur 7 ha et permet de découvrir les ruines du château médiéval, donjon, tour sarrasine, etc. C'est l'un des lieux les plus fréquentés de la région.

Attention amis motards !
Aux Ba ux de Provence le parc motos est non seulement en devers mais très caillouteux : pas pratique pour béquiller la moto.

5e jour. En direction du Var

Pour rejoindre la N7 à Orgon (13) nous empruntons une très jolie route assez sauvage mais très agréable à moto. Nous retrouvons la N7 ou D7 en direction de Brignoles, en traversant Aix-en-Provence et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume pour arriver à notre gîte situé à Le Val, à 6 km de Brignoles.

Camps de base gîte Lou Malycetin à Le Val
Très confortable pour 2 couples. Propriétaires très avenants et à l’écoute, et en plus motards, que du bonheur !
Ce sera donc notre point de chute pour la suite de notre pèlerinage N7, mais le dimanche 2 septembre, repos et piscine, oui, en plus il y a une belle et grande piscine au gîte.

Bonne adresse
Gîte Lou Malycetin à Le Val (83)
481 Chemin des Rebias
Tél. : 06 51 66 80 34
http://loumalycetin.fr

7e jour. Lundi 3 septembre

On décide de reprendre la D7 avec une idée en tête, on passera par Puget-sur-Argens car on avait prévu une visite à nos rédacteurs/trices préférés : on avait même pris un produit de notre terroir pour l’apéro, mais… Le GPS nous pose devant un big bâtiment abritant une menuiserie, vitrerie mais pas de JDM, alors on téléphone et désillusion : on apprend que personne de la rédac est là ce matin*

*Effectivement, chaque année fin août, nous terminons le numéro de la rentrée : donc beaucoup de boulot alors la première semaine de septembre, c'est deux jours de repos avant l'Alpes Aventure Moto Festival de Barcelonnette en fin de semaine. Coco

C’est dépité (ou presque) qu’on repart direction Fréjus, Cannes, Antibes, Nice avec arrêt limonade sur la promenade des Anglais, et là on fait le point, on continue ou on rentre par la A8 et reviendrons demain ?

Décision démocratique, on continue jusqu’à Menton par la D1007 et là, oups, on est à la douane du bord de mer et les douaniers nous disent que la douane mythique est en-dessus.

Bof, il est trop tard et il y a trop de trafic, on rentre par l’A8 et presque de nuit.

Le bout entre Fréjus et Cannes est superbe, et on s’est imaginé une Dauphine tractant une caravane sur ce tronçon, çà devait pas mal chauffer !
C’est sur la N7 que les bouchons ont certainement été inventé ?!

Comme nous avions gagné un jour nous avons pu visiter Saint-Maximin-la-Sainte- Baume, son marché et son Dafy motos, Brignoles et dans l’arrière-pays varois Barjols, Cotignac et Tourtour avec beaucoup de plaisir.

Le retour par l’autoroute en un jour etc… Tout est dit.

Et comme en France tout se termine par une chanson, on fredonne « Route Nationale 7 » avec Charle Trenet :

Ou bien avec la version très jazzy de Sanseverino :

« De toutes les routes de France d'Europe
Celle que j'préfère est celle qui conduit
En auto ou en auto-stop
Vers les rivages du Midi
Nationale 7… »
Extrait des paroles de Route Nationale 7 © Raoul Breton Ed., S D R M, France Music Corporation, Raoul Breton Editions

signature coco

Bonne route à toute la tribu !

ecrire article moto

Voir les photos en cliquant sur l'onglet